Maddie Malone

Propriétaire et styliste de Maddie Malone Boutique, voici mon univers de fashion addict & promoter, je partage avec vous ici mes opinions et mes passions j'espère que vous aimerez =)

N'hésitez pas a rejoindre ma page facebook et à me suivre sur Twitter pour pleins d'actualités stylisées et de promotions exclusives!

About Me

Voici mon histoire, mes échecs ainsi que mes succès, mon évulution dans la quête de ma carrière de rêve dans l'univers extraordinaire de la mode au Québec.


About me: Maddie Malone, mon histoire...(Part 1)

Depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé dessiner. Enfant je dessinais des robes de princesses lol en quantitée industrielle, si je n’avais pas de feuille je pouvais dessiner sur tout ce qui me tombait sous la main que se soi un napperon dans un restaurant avec mes parents ou dans mes cahiers à l’école. Plustard lorsque j’ai commencé à écouter Top Modèle ( j’assume ma quétainerie =) j’ai commencé à dessiner des collections de vêtements pour mes Barbies mais ce n’est qu’au secondaire que j’ai réellement décider que j’allais devenir une grande designer de mode.

J’ai ensuite vécu une période très intense lors de ma crise d’adolescence, qui ma poussé à établir une profonde réflexion sur moi-même et sur qui je voulais devenir. Comme les grands designers et les artistes changeaient souvent de nom et que je voulais me créé une nouvelle moi, l’heure était venue de me trouver un nom artistique. Magdalena Rouillard faisait trop québécois trop petit lol et je voyais BIG car lorsqu’on a 15 ans tout est possible. J’ai lu un livre à cette époque dont je ne me souvient pas du titre, qui avait un personnage qui s’appelait Pêche Malone et je l’adorais car elle était séductrice et sensuelle. J’ai donc cliqué sur Malone puis j’ai eu une amie qui s’est mise a m’appeler Maddie en diminutif de mon prénom Magdalena qui veut dire Madelaine en français ou Madelyne en anglais d’où le Maddie. Maddie Malone était née et je signais alors tous mes dessins de ce nom.

Puis j’ai quitté ma campagne natale de St-Basile de Portneuf ( Dans la région de Québec) les rêves plein la tête pour allez étudiez la mode à Montréal au Collège Lasalle. Étudier en design de la mode à été pour moi une douche d’eau froide et un brutal apprentissage de la vie. J’avais 17 ans, j’étais loin de mes parents, pour la première fois en appartement et avec un chum en plus. C’était TRÈS dur de gérer autant de responsabilités à la fois tout en expérimentant la liberté pour la première fois. En plus les professeurs de mode étaient presque tous désabusés et débutait souvent leurs cours en nous exposant la dure réalité du monde de la mode au Québec. Le fameux «  Beaucoup d’appelés peu d’élu » nous était souvent servi.  Il en fallait néanmoins beaucoup plus pour décourager ma passion grandissante pour la mode, le dessin et surtout la création. Durant deux ans j’ai suivit mes cours en perdant ma motivation de session en session. Après la mort d’une de mes meilleures amies et la fin de ma première relation amoureuse qui a duré 3 ans, j’étais au plus mal et j’ai commencé à échouer mes cours de couture. J’ai toujours été forte à l’écrit en français grâce à ma mère qui m’a communiqué sont amour de la lecture et de l’écriture mais mon côté manuel s’en ai toujours ressenti. Ma technique en design de mode était à 70% manuelle et mes 90% étaient devenus des 70% puis des 60% puis des 50%. J’ai alors abandonné le Collège Lasalle après 4 sessions!

Je m’emballe lorsque j’écris mon histoire ce qui donne des pages et de pages, comme je veux que vous appreniez à me connaître réellement je publierai mon histoire d’amour avec la mode en intégralité ce qui veux dire plusieures parties.

Alors la suite la semaine prochaine… Bonne semaine à vous!

Maddie Malone xoxoxo


Après avoir abandonné mon DEC en Design de mode au Collège Lasalle, j’ai encore tout remis en question. Ma vie, mes rêves, etc.  Mais un bel évènement est soudainement arrivé dans ma vie.   J’ai commencé une nouvelle relation amoureuse avec l’homme qui allait être le père de mes filles. Il m’a aidée à redevenir moi-même,  à croire davantage en moi, et en mon rêve.  Il me soutenait et m’encourageait. J’ai donc repris ma vie en main et j’ai cherché une autre solution tout en repoussant très loin de moi tout sentiment d’échec.

Je me suis donc mis dans la tête d’aller faire un Bac en Commercialisation de la mode. Je suis retournée alors à ce que je faisais le mieux avec le moins d’effort; je me suis inscrite à un DEC en sciences humaines profil administration. J’ai obtenu un plan de cours bourré de cours qui sollicitaient mes capacités intellectuelles et une hausse importante de ma cote R. Mon rêve restait malgré tout le même, j’avais seulement changé de chemin pour y accéder et cela n’allait pas être la dernière fois…

À la fin de mon DEC, j’ai commencé à travailler dans les bars et là un gérant a vu mes dessins.  Il m’a alors référée à Julie Doyon, designer et propriétaire de Judy Design.  Après une interview en 2007, elle m’a tout de suite engagée comme assistante. Pour moi, c’était déjà le sommet. Être engagé dans l’industrie de la mode, c’était « le real deal ».  Je volais littéralement sur des nuages… En plus, j’avais trouvé un autre chemin bien plus intéressant vers des études supérieures car on peut entrer à l’université sur une base d’expérience. J’ai  alors décidé de prendre congé de l’école et de travailler à mi-temps dans la restauration et avec Judy Design.

Une fois de plus, la réalité fut froide et cruelle lol. J’ai promis mes services gratuitement en échange d’une lettre de stage ou de référence. De toute façon travailler avec pourboires est extrêmement payant donc je subvenais très bien à mes besoins et j’aurais payé pour pouvoir faire ce que j’aimais le plus au monde : travailler en mode.

 On travaillait parfois plus  de 10 heures par jour pour des évènements et on faisait absolument tout par nous-mêmes.  Transport d’immenses sacs de vêtements, mise en place de kiosques de vente, habillage de mannequins lors des défilés, etc. Jamais je n’ai autant appris et c’est à cette époque que j’ai réalisé qu’être designer de mode au Québec, ce n’était pas seulement faire un petit dessin, allez  faire une révérence à la fin d’un défilé et faire une entrevue sur notre inspiration. C’est concevoir le patron, couper les pièces, coudre le vêtement, essayer le vêtement, organiser un photoshoot, un défilé, le promouvoir devant les acheteurs, gérer une boutique, des employés, payer les comptes, organiser les livraisons, gérer les stocks et les inventaires et j’en passe… La pression est rude et on doit constamment improviser, régler des problèmes à la dernière minute et surtout faire avec ce qu’on a. Et trop souvent, ce qu’on a,  ce n’est pas grand-chose. Une chose est sure, j’ai acquis beaucoup d’expérience et de débrouillardise avec cet emploi!

Le plus gros problème que j’ai rencontré dans l’industrie, c’est le manque de discipline et d’organisation, de tous ! Dans un monde d’artistes, c’est un peu comme si on se retrouvait dans un monde de bi-polaires lol Pardonnez moi l’allusion mais je m’inclus également dans cette définition. …Il y a des moments de High où on travaille trop, et des moments de Down où on récupère et on ne fait pas grand-chose. Ces moments sont régis par les débuts de saison (le High) et le milieu (le Down après le début). En fin de saison, on reprend du poil de la bête pour les ventes de liquidations et parce qu’on pense déjà depuis longtemps à la prochaine saison…

Suite la semaine prochaine… en attendant allez donc voir Maddie Malone Boutique ;

Maddie Malone xoxoxo


About me- La naissance de Max et de Maddie Malone Boutique

Je travaillais depuis quelques mois avec Judy Design et j’étais plus que jamais en amour avec le monde de la mode.  Je dessinais sans cesse et je présentais mes recherches de tendances à Julie pour qu’elle s’en inspire. J’adorais mon travail! C’est alors que je suis devenue enceinte de ma première fille, Maxim. Une petite surprise du ciel qui a tout fait bousculer mais  qui m’a aussi beaucoup  inspirée…Je me devais maintenant de créer un grand projet qui allait assurer mon avenir et me passionner à la fois…

 À la fin de mon congé de maternité, j’ai repris un poste de représentante à la Boutique Judy Design, rémunéré cette fois. Julie nous traitait comme des travailleuses autonomes, et nous laissait carte blanche sur le développement marketing pour augmenter nos commissions de ventes. C’est alors que  l’idée de la vente en ligne est apparue dans mon esprit, dans le but de vendre plus de JUDY.

Mais c’est surtout la naissance de ma petite Max qui m’a poussée à créer Maddie Malone  Boutique. Avant d’être maman, j’avais toujours cru que je serais une femme de carrière et qu’être à la maison n’était pas pour moi. Ma mère a une brillante carrière et je voulais être un peu comme elle, avoir sa force et son indépendance financière. Mais dès que j’ai eu Maxim, tout ce que je croyais avoir voulu s’est chamboulé et je me suis mise à rêver de l’élever moi-même et de pouvoir être là pour la voir grandir. Je ne voulais pas choisir entre ma carrière ou mon enfant, encore une fois « I wanted it all! ». La vente en ligne s’est proposée alors à moi comme une idée de génie.

Je me suis donc lancée  dans l’écriture effrénée de mon plan d’affaires. Maddie Malone Web Boutique était en création. Je compare un peu l’écriture d’un plan d’affaire à la grossesse; l’excitation est à son comble et on a parfois peur devant l’inconnu qui est devant nous. Pour me guider dans ce brouillard,  j’ai travaillé en coaching avec le CLD de Longueuil, pour bien bâtir mon plan d’affaires et être davantage au courant de mes ressources. J’ai adoré ma conseillère Jacynthe Beauregard qui m’a orientée, en étant réaliste et franche. Au départ de mon plan, ma boutique ne comptait pour seul fournisseur  que JUDY Design . Elle m’a tout de suite indiqué que jamais je ne réussirais à faire des profits avec si peu de produits.

Et c’est là que j’ai décidé d’approcher Mojito Collection et Tee-Frame. Mojito était un fournisseur de Julie à la Boutique Judy Design.  Leurs créations se vendaient extrêmement bien, car les coupes étaient classiques, donc plaisaient à une majorité de femmes de tous âges.  La designer Elena Diatlova a tout de suite accepté d’être mon deuxième fournisseur. Pour ce qui est de Tee-Frame, j’avais lu un article sur le Blog que j’aime encore beaucoup aujourd’hui A la mode Montréal, à propos de cette compagnie. J’ai donc décidé de les approcher avec mon concept, ils ont accepté!

Mais je dois l’admettre, le projet a réellement pris forme lors de mon  premier entretien téléphonique avec François Tremblay propriétaire de Effty Style Desgin. Il a pu me dresser un portrait de ce qu’il me faudrait comme site et surtout de combien ça allait coûter.  La concrétisation de mon projet, multipliait les pages de mon plan d’affaires et l’élan de passion du début me motivait.

Après environ 1 an d’essais et erreurs, de meetings avec mon concepteur, de préparation, de shootings, de produits, j’ai dû apprendre à tout encoder et à lier mes inventaires, mes photos avec leurs prix, leurs grandeurs et la quantité disponible. C’était énormément de travail car à l’époque comme mon budget de départ était restreint, je devais aller chercher tous les « samples » des vêtements chez mes designers, shooter chacun des morceaux sur une mannequin, rapporter les vêtements chez les designers ensuite et attendre une vente pour retourner chez le fournisseur chercher le produit vendu.

Le travail avait été, était et allait être colossal  mais en avril 2010 Maddie Malone Boutique était ENFIN en ligne!!!Et je faisais mes premières ventes=)

Suite la semaine prochaine…   C’est long à raconter cette aventure lol en attendant visitez le produit final La Boutique!!! Et profitez de mes rabais ;P

Bonne Semaine,

Maddie Malonexoxoxo

*** Joignez-vous à mon groupe Facebook pour toujours voir les nouveautés Maddie Malone avant même qu’elles soient disponibles sur le site. Vous aimez mon « fashion sence »   SUIVEZ-moi sur Twitter https://twitter.com/#!/MaddieMaloneweb où je partage toutes mes trouvailles sur l’actualité de la mode ainsi que mes articles.
Aux alentours de l’été 2010, j’obtenais la ligne Lucky 7 qui depuis ce jour, est mon meilleur vendeur et une des lignes que j’adore porter personnellement. Les prints fashions souvent provocateurs, sans oublier le confort et l’élasticité ( lol durant mes grossesses) du tissus m’ont lié d’amour avec ces T-shirts.
Malheureusement à cette même époque en 2010, une divergence d’opinions  (lol) entre Julie et moi, m’obligeait à retirer les vêtements  JUDY de mon site. La vie est remplie d’épreuves  à surmonter et cette montagne me stressait énormément.  Ce fut la première « bombe de compagnie » que j’ai eu à gérer.  J’étais depuis le début de ma carrière, un peu derrière les jupes de Julie Doyon. Et pour empirer la situation, j’avais basé mon plan d’affaires marketing sur la vente de cette ligne!
Finalement, en quelques mois, j’ai réussi à trouver d’autres lignes à vendre qui me plaisaient autant que celle de Judy design, dont : FINN cultured+Cured et GentleFawn. Ce sont toutes deux, des lignes moyen-haute gamme, très fashion. J’ai commencé à acheter les vêtements et à les garder en stock. Mes livraisons sont devenues plus rapides et mes nouvelles lignes ont eu beaucoup de succès.
Ce qui me mène finalement à aujourd’hui.  Je multiplie les formations et les efforts pour développer mon entreprise. Je choisis, je gère, je photographie, je développe, compose, je photoshope (j’invente des verbes mais je suis sûre que si ce n’est pas déjà fait, ces mots seront bientôt au dictionnaire), je  facebooke et  je twitte pour faire connaître Maddie Malone Boutique.
Bien-sûr, je n’y arriverais pas seule.  Mes amies m’aident tellement que je pense écrire un article pour chacune d’entre elles. Je peux toujours compter sur l’aide de mère qui fait toute ma comptabilité, mes corrections, garde souvent mes filles, me tiens à jour en me demandant chaque semaine un rapport de compagnie et me rencontre chaque mois pour fixer des objectifs.
Alors c’est la fin des About Me pour le moment. Merci beaucoup de votre intérêt pour mon cheminement  jusqu’ici dans le monde de la mode.  J’espère que mon blog continuera de vous intéresser encore et encore…

J’ai encore beaucoup de montagnes à surmonter et bien des choses à apprendre.  Je vais devoir encore continuer à me battre pour réaliser mes rêves et surtout pour que mes rêves me rendent riche (lol). Mais  je fais ce que j’aime tous les jours et ça, c’est la meilleure raison au monde de continuer…
Maddie Malonexoxox
P-s Plein de belles nouveautés Gentle Fawn à venir cette semaine sur Maddie Malone Boutique!!!

*** Joignez-vous à mon groupe Facebook pour toujours voir les nouveautés Maddie Malone avant même qu’elles soient disponibles sur le site. Vous aimez mon « fashion sence »   SUIVEZ-moi sur Twitter https://twitter.com/#!/MaddieMaloneweb où je partage toutes mes trouvailles sur l’actualité de la mode ainsi que mes articles.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget